Vente de logements neufs

Vente de logements neufs en 2020

Les ventes de logements neufs en chute libre

Les professionnels de l’immobilier tirent la sonnette d’alarme. Les ventes de logements neufs diminuent, les stocks fondent et les prix flambent.

La chute vertigineuse des ventes de logements neufs

Pour le premier trimestre 2020, le bilan des transactions immobilières est alarmiste, notamment pour le neuf. Le nombre de permis de construire et de logements effectivement disponibles est en très nette baisse.

Tous les achats immobiliers sont impactés

Selon la Fédération des Promoteurs Immobiliers, les transactions immobilières accusent une baisse de l’ordre de 25% en ce début d’année. Tous les logements neufs sont concernés, autant les maisons individuelles que les immeubles ou les lotissements. L’investissement locatif est également en berne, comme le montre le nombre de nouveaux logements collectifs proposés. Seuls 14000 biens de ce type ont été mis sur le marché au premier trimestre 2020, contre plus du double à la même époque en 2019. Sachant que ces chiffres ne tiennent pas encore compte des retombées de la crise sanitaire, l’avenir paraît bien sombre.

Le nombre de permis de construire aussi en baisse

Entre mars et mai 2020, le nombre de permis de construire accordés a chuté de 40% en France, toutes zones confondues. Conséquence logique : le nombre de logements qui sont entrés en construction sur la même période enregistre une diminution de 44%. Cela représente un peu moins de 54000 bâtiments, maisons et immeubles confondus. En réaction à cette chute drastique des biens disponibles, les prix grimpent en flèche et atteignent des records. Certains spots ont vu le prix du mètre carré augmenter vertigineusement, comme Le Havre qui enregistre une hausse de 32,7%.

Les causes de la baisse des ventes de logements neufs

L’immobilier en 2020, au même titre que les autres secteurs économiques, risque de subir un revers de médaille sévère. Mais ce qui inquiète le plus les professionnels, c’est que la crise sanitaire n’est pas seule en cause.

Un manque de logements neufs mis sur le marché

Naturellement, les acheteurs se montrent plus frileux en cette époque incertaine, et les banques durcissent les conditions de prêt. Mais la diminution des ventes de logements neufs a également d’autres causes, qui ne sont pas toutes récentes. Accusés de ne pas proposer suffisamment de biens pour assurer une offre confortable, les promoteurs se rebiffent. Ils pointent du doigt le retard pris dans le traitement des demandes de permis de construire, en raison de la Covid-19 mais aussi en lien avec les élections. Autres éléments mis en cause : le coût excessif des travaux et le manque de disponibilité des professionnels du BTP. Ces facteurs combinés entraînent un net recul des constructions, donc de l’offre immobilière dans le neuf.

Un plan de relance très attendu

Entre le manque de renouvellement des logements et des prix qui deviennent inabordables, les professionnels de la filière s’inquiètent. Leur seul espoir vient du plan de relance annoncé par le gouvernement pour septembre 2020. Celui-ci reste discret sur les modalités prévues, évoquant simplement un renforcement du prêt à taux 0 pour les primo-accédants. Cependant, la Fédération des Promoteurs Immobiliers ne reste pas les bras croisés et entend bien faire des propositions concrètes. Parmi celles-ci : un assouplissement provisoire des règles d’urbanisme pour relancer la construction et la vente de logements neufs. Une autre solution évoquée est l’encouragement à l’investissement immobilier, via des aides financières et fiscales renforcées à l’achat.

(source supplémentaire : https://immobilier.lefigaro.fr/article/le-brutal-coup-d-arret-de-la-construction-se-confirme_4b2d435c-bc3a-11ea-b2d3-979e6929634a/)

Retour haut de page