31Juil

Tout savoir sur la location meublée

Avez-vous le projet de mettre un bien en location ?
Aujourd’hui, nous allons faire le point sur la location meublée.
Quels sont les avantages et les inconvénients d’une telle formule ?
Nous vous donnons toutes les réponses dans cette newsletter.

Location meublée, tout savoir sur le statut LMNP

Les loueurs qui ont le statut LMNP (Loueur en Meublé Non Professionnel) profitent de nombreux avantages. En revanche, ils doivent respecter certaines conditions pour pouvoir y prétendre.
Ils doivent notamment louer leur bien meublé et ne pas exercer leur activité de loueur, à titre professionnel.

Conditions à remplir pour la location d’un bien meublé

Pour qu’un bien immobilier puisse être placé en location, il doit répondre aux critères de décence (article 6 de la Loi du 6 juillet 1989 tendant à améliorer les rapports locatifs). Le logement doit notamment avoir une surface habitable de 9 m² ou 20 m³ minimum. Il doit également posséder des branchements électriques aux normes et ne pas abriter de nuisibles (cafards, puces de lit, etc.).
Mais lorsque le bien est loué meublé, il doit en plus posséder certains équipements (décret du 31 juillet 2015 fixant la liste des éléments de mobilier d’un logement meublé). Ces équipements permettent au locataire de s’installer et de vivre immédiatement dans le logement. Il s’agit, par exemple, d’éléments de cuisine (plaque de cuisson, réfrigérateur, vaisselle), de meubles (lit, table, sièges), ainsi que du matériel permettant d’entretenir le logement (balai, aspirateur, etc.).

Loueur professionnel ou non-professionnel ?

Pour la location d’un bien meublé en 2021, le propriétaire et le locataire signent un bail d’habitation meublée d’un an. Ce bail peut être de 9 mois pour une location étudiante.
Le bailleur doit ensuite déclarer ses revenus locatifs annuels.
En fonction du montant des revenus, 2 statuts de loueurs de logements meublés se distinguent :

  • Le statut de loueur en meublé professionnel, ou LMP : il s’applique si le montant des loyers annuels, charges comprises, dépasse 23.000€. Ces recettes locatives doivent, de plus, être supérieures aux autres revenus (salaires, etc.) du foyer fiscal.
  • Le statut LMNP, ou loueur en meublé non-professionnel : il s’applique si les recettes locatives sont inférieures à 23.000€ et/ou ne dépassent pas les autres revenus du foyer.

Les conséquences d’un investissement locatif meublé

Louer un bien meublé en 2021 est un investissement immobilier qui présente de nombreux intérêts. Les propriétaires-bailleurs profitent de l’attractivité de la location meublée et du régime fiscal du statut LMNP.

Les avantages d’une location meublée

La location meublée attire aussi bien les locataires que les propriétaires.
Les locataires profitent d’une formule « tout compris ». Ils évitent ainsi les désagréments liés aux déménagements et/ou à l’achat de meubles et d’équipements. Si cette location est adaptée aux étudiants, elle peut également s’adresser à un public plus large. C’est le cas notamment si le bailleur achète un appartement dans une résidence avec services, pour l’accueil des personnes âgées.Les propriétaires-bailleurs peuvent, quant à eux, fixer des loyers plus élevés que pour un investissement locatif vide. Ils augmentent ainsi leur rente immobilière. En contrepartie, la gestion locative peut être plus lourde que celle d’un logement vide. Le bail d’un logement meublé étant plus court, les changements de locataires peuvent être plus nombreux. Pour remédier à ce problème, les propriétaires peuvent déléguer la gestion de leur bien à une agence immobilière.

Le régime fiscal du statut LMNP

Contrairement aux locations vides soumises aux revenus fonciers, les revenus de location meublée non-professionnelle relèvent des bénéfices industriels et commerciaux (BIC). Pour ces revenus, 2 régimes peuvent s’appliquer :

  • Le régime micro-BIC : si les revenus locatifs ne dépassent pas 72.600€. Dans cette hypothèse, un abattement forfaitaire de 50 % est automatiquement appliqué sur les recettes déclarées.
  • Le régime réel : si les revenus dépassent 72.600€, ou si le propriétaire a fait le choix de ce régime. Dans ce cas, il n’y a pas d’abattement. Les bailleurs peuvent déduire de leurs revenus locatifs les charges et l’amortissement du bien.

Si vous souhaitez bénéficier d’un audit gratuit par téléphone ou en savoir plus sur notre programme de formation: « Investir dans l’immobilier avec la construction de maisons individuelles », vous pouvez réserver un appel gratuit en cliquant ici.

ABOUT THE AUTHOR

David DEVILA

Écrire un commentaire