refus de prêt immobilier

Refus de prêt immobilier, comment faire face ?

Refus de prêt immobilier, comment faire face ?

Le refus de prêt immobilier est LA hantise de tout acquéreur. Pour ne pas bloquer un projet immobilier par manque de financement, suivez le guide.

Refus de prêt immobilier : le point sur le dossier

Le dossier emprunteur comprend l’ensemble des éléments permettant aux banques d’analyser la situation des clients. Pour éviter un refus de prêt immobilier ou pour faire face à un tel refus, il est essentiel d’améliorer ce dossier.

Un dossier emprunteur solide

Pour accepter ou refuser de financer un projet immobilier, les banques vérifient que les futurs emprunteurs seront capables de rembourser les mensualités du prêt. Pour cela, elles analysent :

  • La présence d’un apport personnel;
  • La capacité d’endettement des clients : selon les recommandations de la Banque de France, le montant d’une mensualité ne peut pas dépasser 33% des revenus des emprunteurs;
  • La situation professionnelle des acquéreurs (CDD, CDI, chômage, indépendant, etc.);
  • La gestion financière : économies, découverts, incidents de paiement, prêts à la consommation, etc. Les banques demandent généralement les 3 derniers relevés de compte pour vérifier la gestion financière des clients.

Améliorer un dossier après un refus de prêt

Il existe plusieurs raisons justifiant un refus de prêt immobilier :

  • Le montant demandé est trop élevé par rapport aux revenus des clients;
  • Les relevés de compte font apparaître des incidents de paiement réguliers : dépassement du découvert autorisé, rejet de prélèvement ou de chèque;
  • Les clients n’ont aucun apport.

Dans ces hypothèses, la banque peut refuser de financer l’achat d’un appartement ou d’une maison. Les clients doivent alors revoir leur dossier pour présenter un meilleur profil en tant qu’emprunteurs. Ainsi, si la banque a considéré que le montant du prêt était trop élevé, les acquéreurs auront plusieurs choix. Ils pourront envisager de revoir leur projet immobilier (changement de localisation, recherche d’un bien avec une superficie plus petite, etc.). Ils pourront également décider de reporter leur achat afin de se constituer un apport plus important. Enfin, ils pourront se renseigner sur les prêts aidés (PTZ, etc.) qui peuvent permettre de compléter leur budget.

Faire jouer la concurrence pour obtenir un prêt

Quel que soit le dossier de l’emprunteur, le projet immobilier et le montant demandé, il est essentiel de faire jouer la concurrence. Cela permet d’avoir d’autres interlocuteurs en cas de refus de prêt immobilier de la part d’une banque.

Contacter plusieurs banques

Pour financer leur achat immobilier, les emprunteurs ont tout intérêt à contacter plusieurs banques. En effet, si le taux d’endettement recommandé par la Banque de France est de 33%, chaque banque a ensuite une marge de manœuvre. Pour 15% des crédits immobiliers, les établissements bancaires peuvent déroger à ces recommandations. Dans ce cadre, les banques peuvent privilégier certains profils (primo-accédants, investisseurs, etc.) en fonction de leur politique commerciale. Ainsi, un dossier refusé dans une banque ne le sera pas forcément dans une autre. De plus, le fait de déposer une demande de prêt dans plusieurs banques permet de mettre en concurrence les différentes propositions, si plusieurs d’entre elles acceptent de financer le projet. Les emprunteurs peuvent ainsi bénéficier de taux d’intérêt plus attractifs et réduire le coût global du prêt immobilier.

Faire appel à un courtier en prêt immobilier

Certains emprunteurs choisissent de déléguer la recherche d’un financement immobilier à un professionnel : un courtier en prêt immobilier. Celui-ci s’occupe des démarches auprès des banques à la place des emprunteurs (prise de contact, transmission du dossier des emprunteurs, négociations, etc.). Par leur intermédiaire, les emprunteurs peuvent trouver un établissement bancaire qui accepte de financer leur achat immobilier. Le recours à un courtier peut également permettre de réduire le coût du prêt grâce à des frais de dossier réduits et/ou à des taux d’intérêt avantageux. En contrepartie, le coût global du crédit sera grevé par les frais de courtage liés à l’intervention de ce professionnel.

Si vous souhaitez plus d’informations sur les investissements immobiliers en 2020 et 2021 et les modalités de financement, suivez-nous sur les réseaux sociaux (YouTube, Twitter, Facebook, Instagram, ou encore Pinterest).

Retour haut de page