rebond du marché immobilier en 2020 et 2021
12Nov

Le rebond du marché immobilier en 2020 et 2021

Le rebond du marché immobilier en 2020 et 2021

Malgré les incertitudes économiques, le secteur du logement se porte bien. Les prix s’envolent, témoignant du dynamisme du marché immobilier en 2020 et 2021.

Projection du marché immobilier en 2020 et 2021

Après un arrêt brutal de 2 mois lors du confinement au printemps 2020, le marché immobilier a très bien rebondi. Les acquéreurs en recherche d’un bien sont toujours très nombreux.

Investissement immobilier, une valeur refuge

Les craintes relatives à la crise économique et à l’emploi n’ont pas réellement impacté le marché immobilier en 2020. Les épargnants sont à la recherche de placements sécurisés et l’immobilier apparaît, plus que jamais, comme une valeur refuge. Pour leur habitation principale ou pour un investissement locatif, l’achat d’un bien immobilier permet de réaliser un placement qui rassure les ménages face aux marchés boursiers instables. Le secteur immobilier a donc connu un regain important au printemps dernier. Cette période, généralement la plus dynamique de l’année, a été d’autant plus intense qu’il a fallu rattraper le retard accumulé pendant le confinement. De nombreux projets ayant été gelés pendant les longues semaines de paralysie économique et sanitaire. La reprise de l’épidémie et le regel de l’activité en cette fin d’année 2020 devraient sans doute produire les mêmes effets sur l’immobilier en 2021.

Achat de logement, les nouveaux besoins

Loin de s’effondrer, la demande s’est confirmée et, parfois, déplacée vers de nouveaux produits. Après de nombreuses semaines confinés chez eux, les candidats à l’achat sont plus que jamais convaincus de leur projet immobilier. La crise sanitaire a modifié les attentes des consommateurs et le confinement a fait naître de nouvelles envies en matière d’habitat (balcon, jardinet, jardin, …). Les acheteurs sont en quête de logements offrant un espace intérieur et extérieur. Nombreux sont ceux qui souhaitent acheter une maison avec jardin ou un vaste appartement avec terrasse. La demande est forte : elle tire les prix vers le haut. Sur les douze derniers mois, on observe une augmentation du prix moyen dans l’ancien de plus de 5%. À Paris, les prix affichent une hausse de plus de 7%, autour de 10.671€ le m2. Dans le neuf, les hausses de prix peuvent atteindre jusqu’à 8,7% à Lille ou 5,6% à Montpellier. La tendance est donc assez prometteuse pour le marché immobilier en 2020 et 2021.

Explosion de la demande immobilière

À l’arrêt pendant de longues semaines, l’immobilier neuf n’arrive pas à faire face à la demande. Les prix montent en même temps que les conditions de crédits se resserrent.

La demande de logement neuf explose

Le secteur de la construction n’arrive pas à suivre la demande. Tout d’abord, fortement ralenti par la période préélectorale en France, qui a généralement tendance à geler toutes les demandes de permis de construire. Puis, mis à l’arrêt pendant de longues semaines en raison de la crise sanitaire, la construction d’immobilier neuf accuse un retard difficile à résorber. Selon les calculs de la FPI, le nombre de logements neufs collectifs autorisés devrait diminuer de 100.000 entre 2019 et 2020. Une situation qui creuse le déficit d’offre alors que la crise sanitaire a fait naître un besoin en matière de logement. La rareté de l’offre et l’envolée des coûts du foncier forcent la hausse des prix. Si le marché se veut dynamique, cette situation pose un réel problème d’adéquation entre les prix et le pouvoir d’achat des acquéreurs, particulièrement dans les grandes métropoles.

Les conditions d’emprunt se resserrent

Les effets de la crise économique ont jusqu’ici été largement masqués par le soutien financier des pouvoirs publics. L’INSEE révèle cependant des chiffres inquiétants en matière de récession économique et d’emploi. Par ailleurs, le climat de confiance est désormais largement affecté par les nouvelles mesures de confinement et une épidémie qui s’inscrit dans la durée. Les banques ont ainsi limité l’accès à l’emprunt immobilier, avec un taux d’endettement inférieur à 33% des ressources de l’emprunteur. L’apport devient donc incontournable sur le marché immobilier en 2020 et 2021. Cette situation pénalise les ménages les plus justes. Les primo-accédants sont en effet les premiers touchés par ces restrictions, car ils ont généralement un faible apport. Les investisseurs doivent aussi revoir leurs plans, limités dans leur recours massif à l’emprunt. Toutefois, dans ces périodes troublées, investir dans l’immobilier reste une valeur sûre.

Découvrez nos programmes de formation pour investir sur le marché immobilier et toutes les informations de l’actualité immobilière sur notre compte Twitter !

Avatar

ABOUT THE AUTHOR

David Devila