Loyers des meublés

Loyers des meublés à Paris : baisse des prix

Loyers des meublés : baisse des prix sur Paris

Les loyers des meublés parisiens observent une baisse depuis un an. Faut-il y voir une répercussion transitoire de la situation sanitaire ou un changement durable du marché ?

Tendance à la baisse pour les loyers des meublés

Pour éviter un emballement des prix du locatif, la ville de Paris a mis au point une politique d’encadrement de ses loyers. Elle contribue à réguler le marché de niche du secteur de la location meublée à Paris intra-muros.

La baisse des prix de la location meublée

Les spécialistes de la location meublée à Paris enregistrent une importante baisse des loyers pratiqués au cœur de la capitale. Cette diminution a atteint 5% au deuxième trimestre 2020 par rapport aux loyers pratiqués à la même période en 2019. Le loyer d’un appartement parisien meublé se négociait en moyenne à 36,56 € le m² fin juin 2020, contre 38,50 € un an auparavant. Contre toute attente, cette tendance à la baisse n’est pas exclusivement liée à la crise économique qui frappe actuellement la France. Elle est également le fruit du dispositif d’encadrement des loyers à Paris intra-muros, mis en place en juillet 2019.

L’encadrement des loyers parisiens

En location nue ou meublée, le loyer est désormais plafonné à un montant maximum de 20% au-dessus du loyer médian. Un complément de loyer est toutefois admis lorsque le logement dispose d’éléments spécifiques, de type terrasse, vue dégagée ou emplacement exceptionnel. Par ailleurs, les propriétaires de meublés peuvent appliquer une majoration tenant compte des équipements fournis. Malgré la tendance de certains propriétaires à pratiquer des majorations excessives, le plafonnement a donné de bons résultats. Ainsi, une légère baisse des loyers des meublés a été observée pendant les six premiers mois suivant l’implémentation du plafonnement. En début d’année, les loyers parisiens affichaient à nouveau des prix à la hausse avant de connaître une nouvelle chute. Cette baisse, doit-elle seulement être attribuée à la crise sanitaire puis économique de l’année 2020 ?

Influence de la crise économique sur la location meublée

Pour les professionnels, l’efficacité de l’encadrement des loyers parisiens n’explique pas à elle seule la baisse des loyers des meublés. Le contexte économique a modifié le marché immobilier parisien pour les mois à venir.

Chute de la demande de location meublée courte durée

Le confinement a provoqué un arrêt brutal de l’activité pour les propriétaires qui louaient leurs biens via des plateformes de location saisonnière touristique, comme Airbnb ou encore Abritel. Les locataires étrangers sont absents du marché. De plus, les promesses de contrats pour les étrangers en mobilité professionnelle à Paris sont en baisse. En revanche, la part des locataires français est en hausse, représentant 60% de la clientèle totale en juin 2020 contre 36% l’année passée. Les propriétaires ont tendance à délaisser la location de courte durée pour la location meublée traditionnelle. En conséquence, le nombre de biens disponibles sur le marché a notablement augmenté.

Une situation contextuelle pour les meublés

Face à une situation où l’offre est supérieure à la demande, les bailleurs baissent leur loyer de maisons et appartements meublés. Le but est de louer au plus vite, afin d’éviter une vacance trop longue de leur bien et par conséquent, une perte de rentabilité de leur investissement locatif. De même, face à ce risque, certains investisseurs prennent la décision de vendre leur bien. Les quartiers prisés, tel que le Marais, enregistrent ainsi une légère baisse sur le prix de vente des petites surfaces. Néanmoins, le marché locatif parisien reste très tendu. Il est probable que cette baisse de loyers des meublés sur Paris soit seulement ponctuelle. La reprise économique, la reprise des échanges transfrontaliers et le retour des professionnels en mobilité devraient doper la location meublée et l’immobilier sur Paris. In fine, les prix pourraient revenir à la normale d’ici quelques mois.

Retour haut de page