prix de l'immobilier

Les prix de l’immobilier à Paris en nette baisse

Les prix de l’immobilier à Paris en nette baisse

Selon le Baromètre LPI-SeLoger, la Ville Lumière affiche un recul des prix de l’immobilier, notamment dans certains arrondissements les plus cotés.

Marché immobilier en 2020 : pas de grande nouveauté

Si les chiffres annoncés peuvent surprendre, ils ne sont pourtant pas forcément annonciateurs d’une baisse durable. Il est trop tôt pour prédire l’impact réel de la crise financière de 2020 sur le marché de la pierre.

La fluctuation des prix du mètre carré à Paris

Comme dans toutes les métropoles, le marché de l’immobilier dans la capitale est à géométrie variable. Paris intra-muros enregistre des augmentations significatives du coût des biens, notamment dans les Ier, VIIIe et IXe arrondissements. Les hausses vont de +9,1 à +10,2%, avec des prix compris entre 11012 et 14428€ au mètre carré. En revanche, des arrondissements aussi prestigieux que le IVe ou le VIe accusent des baisses allant jusqu’à -2,2%. Au final, ces chiffres ne semblent annonciateurs d’aucune chute brutale des prix de l’immobilier dans l’immédiat, dans la région parisienne. Le marché de la pierre à Paris, somme toute, subit ni plus ni moins que ses fluctuations habituelles.

Une baisse des prix de l’immobilier pas si récente

Si le marché immobilier en 2020 reste très tendu dans la capitale, le recul des prix n’est pas imputable à la seule crise sanitaire. Cette tendance est observable depuis l’été 2017 et les chiffres des derniers mois suivent la même courbe. Fin 2019, la baisse trimestrielle enregistrée était de -1,8% et, au mois d’août 2020, elle atteignait -3,1%. Cependant, lorsqu’on observe les prix de l’immobilier sur un an, la tendance est à la hausse. Le marché était ainsi à la hausse de +4,5% en août, +4,6% en juillet et +5,5% en août. Bref, une évolution du marché immobilier quelle qu’elle soit, est à considérer dans une vue d’ensemble et avec le recul nécessaire dans le temps.

Pourquoi les prix des biens sont-ils en baisse ?

Suivant les quartiers, le moment peut sembler bien choisi pour réaliser votre projet immobilier à Paris. En effet, la rentrée est tout juste passée et l’immobilier sort à peine de son habituelle léthargie estivale.

Un marché de l’immobilier en pleine évolution

Selon une étude réalisée par SeLoger, la crise sanitaire et financière de 2020 pourrait avoir eu un impact sur les souhaits des acheteurs. 1/4 des personnes interrogées déclarent rechercher une surface habitable plus grande, si possible avec un bureau et une terrasse voire un jardin. Cette aspiration a sans doute été renforcée par la période de confinement. Ceci pourrait expliquer à la fois la baisse des prix dans la capitale et la hausse constatée en périphérie des métropoles. En effet, les biens parisiens disposant d’un bureau ou d’une pièce supplémentaire pouvant accueillir un espace de travail sont rares et excessivement chers. 29% des répondants ont d’ailleurs déplacé leur zone de recherche à distance de Paris et des grandes villes. Enfin, de plus en plus de cadres avouent envisager un départ de la capitale pour se mettre au vert en province.

Évolution des critères pour l’achat d’un logement

Le confinement a entraîné une envie de nature et d’espace, donc d’acheter un bien disposant d’un extérieur. D’autre part, le développement du télétravail et l’engouement pour la qualité de vie qu’il permet a entraîné l’émergence de besoins nouveaux. Les candidats à l’achat immobilier souhaitent disposer d’une pièce dédiée au travail, si possible isolée du reste du logement. Toujours selon l’étude SeLoger, 21% des personnes ayant un projet immobilier privilégient les biens répondant à ce critère. En résumé, si les baisses constatées dans certains secteurs de la capitale peuvent correspondre aux fluctuations habituelles du marché, elles peuvent aussi signer une réelle mutation. Il est encore trop tôt pour savoir ce que l’avenir réserve au marché immobilier, à Paris, en région parisienne, en Île de France comme dans l’Hexagone.

Retour haut de page