marché immobilier en 2020

Le déséquilibre du marché immobilier en 2020

Le déséquilibre du marché immobilier en 2020

Selon les dernières observation du baromètre LPI-SeLoger et des professionnels du secteur, le marché immobilier en 2020 est en rupture d’équilibre. Le nombre de biens disponibles diminue, tandis que la demande reste forte et les prix élevés.

Baisse de l’offre de biens immobiliers en 2020

La chute des ventes et des reventes de logements touche aussi bien les zones rurales que les villes moyennes ou les métropoles. Seule la capitale française semble pour l’instant tirer son épingle du jeu.

L’immobilier résidentiel touché après le confinement

Dans une étude OpinionWay réalisée en septembre, 64% des Français se montrent confiants dans l’aboutissement de leur projet immobilier. En mai dernier, ils étaient 75% à afficher le même optimisme. Cette baisse relative a pour cause une crise sanitaire et économique dont personne ne peut prédire la durée, ni les conséquences réelles. L’immobilier résidentiel ancien est le plus impacté : bien que la demande de logements pour 2020 et 2021 reste forte, le nombre de biens est en nette diminution. Ce déséquilibre ne va pas nécessairement durer, car les Français comptent sur une baisse des prix de l’immobilier en 2021 en raison des difficultés économiques. Les personnes interrogées tablent également sur une remontée des offres dues aux déménagements, mais aussi aux décès.

L’offre immobilière en baisse partout sauf à Paris

Entre janvier et septembre 2020, l’offre de biens avait baissé de 4% seulement par rapport à 2019. L’Île-de-France accusait -3%, les régions -5%, et Paris était en timide hausse avec +1%. Selon les observations du spécialiste de l’immobilier Laforêt, l’offre de biens immobiliers en 2020 a cependant diminué de 10% ces quatre derniers mois. Suite au déconfinement, les annonces proposées ont accusé une baisse de 6% à Paris et 12% en province. En effet, de nombreux logements mis en vente avant le premier confinement ont été acquis en un temps record dès celui-ci terminé. Après cette vague estivale, le stock de biens peine à se renouveler, mis à part dans la capitale.

La demande de logements pour 2020 et 2021 se maintient

Si le nombre d’acheteurs tend à légèrement diminuer, le marché immobilier en 2020 reste en déséquilibre. Tous les professionnels du secteur font le même constat : en campagne comme en ville, il devient difficile de répondre à la demande.

Une demande en hausse près des métropoles

Toujours selon les experts de Laforêt Immobilier, la demande de logements est en augmentation de 4% sur les neuf derniers mois en France. Seul Paris est en léger recul, affichant une baisse de 2%. La demande en province affiche une hausse de 7% en moyenne, avec un record de 23% en Normandie ! La raison de cet engouement est à chercher du côté du confinement : les citadins sont en mal d’espaces verts. Des villes comme Orléans ou Évreux, notamment, sont très prisées depuis quelques mois. Les agglomérations proches des métropoles risquent de voir l’écart entre l’offre et la demande immobilières augmenter dans les mois à venir.

Des prix de l’immobilier qui se maintiennent

La tendance haussière s’est généralisée partout en France, surtout dans les grandes villes. Malgré l’annonce par certains d’un retournement du marché immobilier en 2020, celui-ci ne semble pas prêt de survenir. Cependant, cette augmentation a des causes en partie artificielles. La crise économique, le durcissement des conditions d’octroi des prêts immobiliers ont éloigné les foyers modestes de l’accès à la propriété. En conséquence, les ménages aisés – qui recherchent des biens plutôt haut de gamme – monopolisent le marché, contribuant à tirer les prix vers le haut. En dépit de la crise financière, les prix des biens immobiliers en 2020 et 2021 ne semblent pas prêts de redescendre. Il est à craindre que cette tendance finisse par miner l’optimisme des candidats à l’achat.

L’immobilier vous passionne ? Vous aimeriez en savoir plus sur cet investissement ? Rejoignez-nous sur nos réseaux sociaux.

Retour haut de page