immobilier en 2020
19Août

Immobilier en 2020 : le neuf au prix de l’ancien ?

Immobilier en 2020 : le neuf au prix de l’ancien ?

L’écart du prix moyen entre le neuf et l’ancien a toujours gravité autour de 20%. Pourtant, les tendances du marché immobilier en 2020 voient cette différence se réduire.

Prix de l’immobilier en 2020 : l’écart se resserre

Les logements neufs sont-ils vraiment plus chers que les anciens ? Pas toujours, comme le montre une étude menée par SeLoger pour Capital, autour des principales grandes agglomérations françaises.

Une analyse des prix des appartements en 2020

Le Groupe SeLoger a examiné à la loupe les prix de l’immobilier en 2020 aux abords des plus grandes villes de France. Ainsi, Paris, Lyon, Marseille ou Lille ont été passées au crible et les résultats sont parfois surprenants. L’étude s’est limitée aux communes présentant une offre immobilière suffisamment étoffée : au moins 30 logements neufs disponibles. Ceux-ci devaient aussi appartenir à plus de 5 programmes différents. Au final, les écarts de prix entre l’ancien et le neuf s’avèrent bien moins importants qu’on ne le pense habituellement. De quoi doper les investissements immobiliers, notamment en Île-de-France.

Le marché du neuf et de l’ancien selon SeLoger

Selon l’étude citée précédemment et le Baromètre LPI-SeLoger, les communes situées en périphérie des métropoles affichent des écarts de prix parfois minimes entre le neuf et l’ancien :

  • près de Paris, la différence est de 8% à La Courneuve, et les prix sont même équivalents à Meudon;
  • en périphérie de Lyon, l’écart s’élève à 10% à Rillieux-la-Pape;
  • La Madeleine, près de Lille, affiche une différence de 10%;
  • à Bordeaux même, l’écart est minime : 2% seulement.

Cependant, ce rapprochement n’est pas une règle absolue et on note de fortes disparités selon les secteurs. À Marcq-en-Barœul, près de Lille, les logements neufs se vendent en moyenne 69 % plus cher.

L’immobilier en 2020 voit émerger de nouvelles tendances

Traditionnellement, un appartement neuf se vend toujours plus cher qu’un ancien et cela reste vrai dans la majorité des cas. Mais la conjoncture a changé la donne dans certaines communes, et de façon parfois impressionnante.

Du neuf moins cher que l’ancien, est-ce possible ?

Il est intéressant d’examiner les raisons de ce rapprochement des prix entre l’immobilier neuf et ancien. Dans les villes concernées, le coût moyen d’un bien ancien a grimpé en flèche, beaucoup plus vite que celui d’un logement neuf. À Bondy, dans les Hauts-de-Seine, les hausses respectives ont été de 21% et de 9% en un an. À Créteil, le prix du mètre carré ancien a augmenté de 19%, quand celui du neuf a chuté de 18%. Cela entraîne une situation inédite : les biens neufs y sont aujourd’hui moins onéreux que les anciens. Même situation à Asnières-sur-Seine, où le mètre carré neuf se négocie 6469€ en moyenne, contre 6567€ pour l’ancien.

Pourquoi acheter un logement neuf ?

Bien que dans certaines villes, l’écart de prix reste important en faveur de l’ancien, un investissement immobilier dans le neuf présente de nombreux avantages :

  • les logements neufs sont moins énergivores;
  • les frais de travaux à envisager sont moindres les premières années;
  • les droits de mutation sont moins élevés (2 à 3% en moyenne, contre 7 à 8% pour l’ancien);
  • les biens sont couverts par la garantie décennale;
  • l’acheteur peut bénéficier du dispositif loi Pinel jusqu’au 31 décembre 2021.

Au final, sur le marché immobilier en 2020, le neuf ne semble pas prêt d’être détrôné malgré le rapprochement des prix.

ABOUT THE AUTHOR

David Devila