crise 2020

Crise 2020 : impact financier, bancaire, immobilier

Crise 2020 : impact financier, bancaire, immobilier

Maîtrisez votre budget et obtenez un prêt immobilier malgré la crise 2020. Voici toutes les informations à connaître pour gérer au mieux ses finances.

Crise 2020, une crise sanitaire et économique

La crise 2020 est exceptionnelle par son ampleur mondiale. Liée à la propagation du coronavirus, cette crise sanitaire a des conséquences économiques qui risquent de perdurer, impactant les emprunts des particuliers pour l’achat d’une maison ou d’un appartement.

Une économie à l’arrêt pendant le confinement

Face à la crise 2020 du Covid-19, de nombreux pays se sont confinés. En France, le confinement a été imposé du 17 mars au 11 mai 2020. Il a été assorti de limitations de déplacements, d’interdictions d’ouverture pour la plupart des commerces et d’obligations sanitaires pour les entreprises. Par conséquent, les transactions immobilières qui se sont retrouvées à l’arrêt. Toutes ces mesures ont entraîné un fort ralentissement de l’économie française (-13,8% du PIB au deuxième trimestre 2020 selon l’Insee) et de certains secteurs, dont l’investissement immobilier. Dès le début de cette crise 2020, certains ménages ont subi des conséquences financières avec le chômage partiel, ou le non-renouvellement des CDD et des contrats d’intérim. Leurs charges fixes (factures d’électricité, loyers ou mensualités d’un crédit immobilier, etc.) persistaient, alors que leurs revenus diminuaient. Dans ces conditions, comment payer les mensualités d’un prêt immobilier ?

Une reprise modérée et une crainte pour l’avenir

Alors que le confinement était progressivement levé en France et dans le monde, l’économie a timidement repris. Le télétravail a été maintenu et des protocoles sanitaires ont été mis en place. Mais les placements en redressement judiciaire et les liquidations de certaines entreprises ont confirmé les craintes quant aux conséquences économiques de cette crise 2020. De nombreux salariés et indépendants sont inquiets pour leur avenir professionnel et craignent une montée du chômage. Pour se prémunir contre l’éventuelle perte d’emploi et les impacts sur leur budget personnel, les ménages français ont épargné. L’épargne ne suffit cependant pas toujours à mener à bien certains projets et à faire face à une baisse de revenus. La souscription d’un crédit est donc parfois nécessaire, mais les banques durcissent leurs conditions de prêts.

Le recours aux crédits en temps de crise

Le recours à un prêt bancaire peut permettre de financer un investissement immobilier pour 2020 ou 2021. Il peut également aider les ménages à se constituer une trésorerie pour compenser une diminution des revenus.

Prêts à la consommation, une vigilance nécessaire

Le crédit à la consommation permet de financer des achats (voiture, etc.) autres que ceux liés à l’immobilier. Le montant de ce type de crédit doit être compris entre 200€ et 75.000€ (article L312-4 du code de la consommation). Ces prêts à la consommation peuvent prendre différentes formes, parmi lesquelles :

  • Le crédit affecté qui est accordé pour l’achat d’un bien particulier comme un véhicule ou un équipement électroménager.
  • Le prêt personnel qui permet aux emprunteurs d’utiliser la somme empruntée comme ils le souhaitent.

Les emprunteurs doivent cependant être vigilants lorsqu’ils souscrivent à ces crédits. Comme pour tout prêt bancaire, il faut vérifier le taux d’intérêt appliqué, les éventuels frais et la capacité de remboursement. Cette analyse permet d’éviter les risques de non-remboursement qui pourraient mener à une situation de surendettement.

Un durcissement des crédits immobiliers ?

Les transactions immobilières étaient freinées pendant le confinement. Depuis, le marché immobilier semble avoir retrouvé son dynamisme d’avant la crise 2020. Mais pour financer leur achat immobilier, la plupart des ménages doivent avoir recours à un prêt. Avec les perspectives d’une crise économique durable, les banques pourraient hésiter à prêter, ou être plus exigeantes quant aux conditions d’emprunt. Avant la crise 2020, la Banque de France et l’ACPR (Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution) avaient d’ailleurs rappelé les conditions d’accès aux crédits immobiliers :

  • Un taux d’endettement de 33% maximum;
  • Une durée maximale de remboursement de 25 ans.

Or, si les revenus des ménages diminuent avec la crise, leur capacité d’emprunt et donc d’achat immobilier sera réduite. Cette situation pourrait être accentuée si les taux d’intérêt et les prix de l’immobilier augmentent.

Retour haut de page