crédit immobilier 2020
20Sep

Crédit immobilier 2020, une obtention difficile ?

Crédit immobilier 2020, une obtention difficile ?

Un crédit immobilier 2020 est souvent nécessaire pour financer l’achat d’un logement ou d’un investissement locatif. Son octroi est cependant encadré.

Crédit immobilier 2020, un recours encadré

Pour bénéficier d’un prêt immobilier, les emprunteurs doivent monter un dossier solide. Cela peut être difficile en temps de crise, d’autant que les banques imposent des conditions de plus en plus rigoureuses.

Des banques plus sélectives

Pour accorder un prêt à leurs clients, les banques ont certains critères. Elles analysent la gestion financière des emprunteurs (absence de découverts et d’incidents bancaires, etc.). Elles doivent également respecter les recommandations de la Banque de France et de l’ACPR (Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution). Ces institutions ont rappelé que l’accès au crédit immobilier 2020 devait respecter certaines dispositions :

  • Une mensualité qui ne dépasse pas 33% des revenus des emprunteurs;
  • Une durée de prêt inférieure à 25 ans.

Les banques peuvent cependant déroger à ces règles pour 15% des dossiers de prêts immobiliers. Dans ces hypothèses, elles peuvent être plus flexibles sur certains points et accepter, par exemple un taux d’endettement supérieur à 33% des revenus. Ces dérogations supposent cependant que le dossier des emprunteurs soit solide.

Un profil emprunteur plus incertain avec la crise

Avec la crise économique de 2020, qui risque de perdurer en 2021, l’activité économique de la France ralentit. Dans ces circonstances, de nombreux travailleurs ont perdu ou pourraient perdre leur emploi, tandis que d’autres ont vu leurs revenus diminuer avec notamment le chômage partiel. Or, pour déterminer si un dossier de prêt est finançable, les banques s’appuient en grande partie sur le montant des revenus. Certains ménages risquent donc de ne plus avoir accès au crédit immobilier. En outre, la baisse des revenus va impacter les finances personnelles des emprunteurs. Ces derniers risquent ainsi d’avoir plus de difficultés à réunir les sommes suffisantes pour constituer un apport. Or, la présence d’un apport d’au moins 10% du montant emprunté est désormais quasiment indispensable pour espérer obtenir un prêt immobilier.

Des conditions de financement attractives

Si l’octroi d’un crédit immobilier en 2020 et en 2021 est plus encadré, certains éléments sont au contraire plutôt en faveur des emprunteurs. C’est le cas des taux d’intérêt qui restent bas et des prix immobiliers qui pourraient diminuer.

Des taux d’intérêt bas

Après avoir atteint leur plus bas niveau en décembre 2019 (1,14% pour les crédits immobiliers, hors prêts renégociés et toutes durées confondues), les taux d’intérêt des prêts immobiliers ont légèrement augmenté. En juillet 2020, le taux d’intérêt moyen était de 1,26%. Il reste donc plus faible qu’en juillet 2019 où il s’élevait à 1,31%, et en juillet 2018 où il était de 1,5%. Ce contexte est particulièrement avantageux pour les emprunteurs, car le recours au prêt bancaire pour un achat immobilier est moins coûteux. Les emprunteurs peuvent ainsi dépenser moins pour acheter un logement. Ils peuvent également envisager un projet immobilier plus important avec le même budget.

Des opportunités immobilières avec la crise ?

La crise de 2020 pourrait accentuer les tendances relevées avant celle-ci quant aux prix de l’immobilier. Ainsi, alors que certaines grandes villes comme Paris connaissaient une hausse exceptionnelle de leurs prix au m², cette augmentation semble désormais ralentir. En parallèle, dans des villes moyennes comme Toulon, Mulhouse ou Niort, les prix des appartements et des maisons stagnaient ou baissaient dès le début de l’année 2020. Avec la crise, cette tendance semble s’accentuer. Outre ces évolutions, la crise économique pourrait mettre en difficulté certains investisseurs immobiliers. Ces derniers seraient alors prêts à accepter de baisser leur prix de vente afin de vendre plus rapidement leur bien. Des opportunités d’investissements immobiliers à des prix compétitifs pourraient ainsi apparaître.

Pour en savoir plus sur les effets de la crise sur le marché de l’immobilier, regardez la vidéo de David Devila et suivez-le sur les réseaux sociaux pour profiter de son analyse en matière d’investissements immobiliers (YouTube, Twitter, Facebook, Instagram, ou encore Pinterest).

ABOUT THE AUTHOR

David Devila