07Août

Budget nécessaire pour l’achat d’un logement en 2021

Nombreux sont ceux qui désirent acheter la maison de leur rêve.

Cependant, pour beaucoup, le budget reste un point épineux.

Dans cet article, découvrez combien d’années de revenus sont nécessaires pour acheter un logement en 2021 !


Quels revenus pour acheter un logement en 2021 ?

Selon le dernier baromètre LPI-SeLogeracheter un logement en 2021 demande en moyenne 3,8 années de revenus pour le neuf et 4,6 années pour l’ancien.


Devenir propriétaire d’un logement neuf ou ancien
58 % des Français sont actuellement propriétaires de leur résidence principale, un chiffre qui tend à augmenter, et ce, malgré la crise. Si le coût d’achat d’un bien immobilier continue à grimper, notamment dans le neuf, le nombre d’années de revenus nécessaires pour devenir propriétaire reste, quant à lui, stable.

Acquérir sa résidence principale demande du temps
Bien que l’achat d’un bien soit le rêve de nombreux Français, l’investissement immobilier demeure un projet de longue haleine. Acheter un logement neuf équivaut à dépenser près de 4 années de revenus, toutes sources comprises. Salaires, allocations, pensions de retraite, revenus locatifs ou de placement : tout est pris en compte dans le calcul des spécialistes en immobilier de LPI-SeLoger.
Ces derniers estiment aussi que le prix moyen pour un bien immobilier est de 265.000€, ce qui représente une hausse de 6,5 % en un an. Malgré tout, le marché de la pierre reste dynamique et les Français, plutôt optimistes. Les incertitudes quant à l’avenir ne semblent pas freiner les velléités d’achat immobilier des ménages.

Combien d’années de revenus faut-il pour acheter ?
En 2019, il fallait compter 4,7 années de revenus pour devenir propriétaire de sa résidence principale.
Ce chiffre est de 4,6 en 2020, soit, une évolution quasi nulle.
Certes, les inégalités régionales persistent – la variation peut aller du simple au double – mais elles tendent aussi à diminuer.
Les grandes tendances qui se dégagent sont assez prévisibles : l’Île-de-France demeure la région où l’acquisition de sa résidence principale prend le plus de temps.
On constate aussi que les zones littorales, plus prisées que les régions du centre du pays, demandent davantage de patience aux futurs acheteurs.
En conclusion, suivant la situation géographique du bien, il faudra investir entre 3,4 et 5,8 années de revenus pour accéder à la propriété.

Où vaut-il mieux acheter un logement en 2021 ?
Première constatation : l’acquisition d’un logement neuf est plus rapide que celle d’un bien ancien.
Seconde observation : les écarts notés entre les régions tendent à diminuer si l’on rapporte le prix d’achat des maisons au revenu moyen des ménages.

Des disparités fortes sur les biens neufs et anciens
Lorsqu’on envisage d’acheter un logement en 2021, mieux vaut privilégier le neuf pour différentes raisons.
Tout d’abord, parce que le coût d’acquisition est moindre, étant donné qu’il n’entraîne pas de travaux importants et qu’il réserve généralement moins de mauvaises surprises.
Ensuite, parce que le nombre d’années de revenus nécessaires à l’achat est de 3,6 seulement, contre 4,6 dans l’ancien. Cependant, selon les régions, ce chiffre fluctue de façon importante.
Parmi les zones les plus avantageuses, citons la Bourgogne (3,4 ans), l’Auvergne (3,6 ans) et la Franche-Comté (3,7 ans). Les régions où il faut se montrer plus patient, outre l’Île-de-France comme indiqué précédemment, sont l’Aquitaine et les Pays de la Loire, ex-æquo avec une moyenne de 5,6 ans.
On note aussi une évolution entre 2019 et 2020. En Midi-Pyrénées, on passe de 4,1 à 4,7, alors que dans le Nord-Pas-de-Calais, les chiffres sont respectivement de 3,8 et 3,6.

Coût d’achat des biens immobiliers et salaires
À première vue, les disparités régionales concernant le temps nécessaire pour accéder à la propriété peuvent paraître importantes. Cependant, il est intéressant de rapprocher ces chiffres des revenus moyens constatés dans les différentes zones. Ainsi, le salaire moyen en Île-de-France est 62% supérieur à celui perçu dans le Limousin ou en Lorraine, par exemple. En observant de plus près ces différents paramètres, on constate une relative cohérence au niveau national.
​Le prix des biens immobiliers étant logiquement plus élevé dans les zones à fort potentiel d’achat, les écarts régionaux se réduisent mathématiquement. Reste à savoir quelle sera l’évolution du marché de la pierre et de l’économie en France durant les prochains mois.

Si vous souhaitez bénéficier d’un audit gratuit par téléphone ou en savoir plus sur notre programme de formation : “Investir dans l’immobilier avec la construction de maisons individuelles”, vous pouvez réserver un appel gratuit en cliquant ici.

ABOUT THE AUTHOR

David DEVILA

Écrire un commentaire