69 image

Acheter à la campagne : le rêve des cadres parisiens

Acheter à la campagne : le rêve des cadres parisiens

Suite au confinement, de nombreux cadres franciliens projettent un achat immobilier à la campagne en 2020. Concrètement, 83% d’entre eux envisagent une mobilité en province.

Les cadres parisiens rêvent d’acheter à la campagne

 

Selon une récente étude menée par Cadremploi, les cadres d’Île-de-France sont de plus en plus nombreux à projeter de se mettre au vert. Les grèves qui ont secoué le pays, puis le confinement et la crise économique, ont sans doute joué un rôle en ce sens.

Projets d’investissement immobilier en province

Au cours du sondage réalisé par Cadremploi, 1919 cadres ont été interrogés durant le mois de juillet 2020. Parmi eux, une proportion importante déclare réfléchir sérieusement à acheter un bien à la campagne, ou du moins dans une ville de province. 2 cadres sur 3 se déclarent d’ailleurs prêts à emménager dans une petite commune, voire en zone rurale. Cette tendance n’est cependant pas nouvelle : en 2019, ils étaient 82% à faire part de cette même envie de se mettre au vert. Cependant, 66% des cadres interrogés avouent craindre ne pas retrouver de travail en quittant la capitale. La nouveauté est que cette peur ne remet pas forcément en question le projet de déménagement.

La crise économique de 2020 donne envie de changement

Les récents évènements ont clairement influencé le désir des cadres franciliens de quitter Paris : 84% d’entre eux l’affirment ouvertement. Les grèves contre la réforme des retraites ont durement touché les transports, impactant profondément les cadres d’Île-de-France. Par la suite, la crise sanitaire et le confinement ont encore compliqué la vie des travailleurs. Mais ces contraintes successives ont eu un autre effet : le sentiment de saturation qui augmente chez les cadres parisiens. De plus, le développement du télétravail a ouvert de nouvelles perspectives en termes de mobilité, donc d’achats de logements en province. Par ailleurs, la recherche d’un meilleur cadre de vie est la motivation principale de 89% des cadres interrogés.

L’emploi, principal frein aux achats à la campagne

L’investissement immobilier en 2020 ne semble pour le moment pas souffrir de la crise. Pourtant, la perspective de quitter leur emploi continue d’effrayer les candidats au déménagement.

La mobilité professionnelle tend à augmenter

La peur de perdre un bon poste est sans doute accentuée par la crise économique de 2020. Pour autant, on note une volonté croissante de dépasser cette crainte pour améliorer son confort de vie. Ainsi, 61% des cadres franciliens se déclarent prêts à changer de travail et 53% accepteraient une baisse de salaire. La démission pure et simple est même une option envisageable pour 46% des personnes interrogées durant l’enquête ! Plus concrètement, 32% affirment penser sérieusement à changer d’emploi pour acheter un logement en province. 28% sont en phase de recherche active et passent des entretiens, 4% ont fait une demande de mutation. Ces chiffres tendent à prouver que l’emploi est un frein moins puissant à la mobilité qu’il y a quelques années.

Acheter un logement en province : oui, mais où ?

Les aller-retours entre Paris et la province sont une option de plus en plus plébiscitée par ceux qui envisagent le départ. L’essor du télétravail et un réseau de transport bien développé avec les grandes villes de province rendent cette possibilité attrayante. En effet, les répondants au sondage critiquent le stress, le coût de la vie et le temps passé dans les transports à Paris. Les villes les plus susceptibles de bénéficier de cet exode citadin sont Bordeaux (pour 51% des cadres), Nantes (44%) et Lyon (31%). Juste derrière, Montpellier, Aix-en-Provence, Marseille, Toulouse et Rennes font aussi rêver les candidats à l’investissement immobilier en province. Reste à savoir si cet engouement se traduira par un boom du marché immobilier, ou si la tendance baissera après la fin de la crise.

Retour haut de page